Errance nostalgique à la cité phocéenne avec l’argentique de Daniel Burot – « Au gré des balades / Au fil des pas », Atelier des Arts

Un air de mélancolie nous envahit lorsque l’on déambule entre les photos de Daniel Burot à l’Atelier des Arts (Marseille 1er)… « Discret », « d’une modestie sans pareille » et « d’une sensibilité inouïe », comme on aime tant le décrire, l’artiste photographe nous invite dans son Marseille à lui, grâce à une sélection photos triées sur le volet.

« Airbnb tue nos quartiers ! » : face aux touristes, le ras-le-bol des Marseillais

Au quartier de La Plaine, à Marseille, une bonne partie des habitants n’en peut plus de la gentrification forcée. Conséquence directe : l’augmentation des prix de l’immobilier, qu’ils essaient tant bien que mal de contrer.

« Arcelgame » et « Stop la violence ! » : lutter contre le harcèlement scolaire grâce au jeu vidéo

Lutter contre le harcèlement scolaire avec des jeux vidéo, c’est possible ! Les serious game (de l’anglais serious : « sérieux » ; game : « jeu ») combinent intention « sérieuse », pédagogique ou thérapeutique le plus souvent, et moyens ludiques. Petit aperçu de deux jeux vidéo « sérieux », Arcelgame et Stop la violence !.

« Magical DoReMi : à la recherche des apprenties sorcières » : le retour tant attendu de mes sorcières préférées â¤

Voilà. J’ai (enfin) vu « Magical DoReMi : à la recherche des apprenties sorcières » (◕‿◕)♡ Je l’attendais depuis siiiii longtemps o(≧▽≦)o

« Je tremble Ô Matador » de Rodrigo Sepulveda : une histoire d’amour queer sur fond de dictature chilienne

Chili, 1986, juste avant la tentative d’assassinat de Pinochet. Par amour pour Carlos, un révolutionnaire qu’elle vient de rencontrer, La Doña, travestie haute en couleur, accepte de cacher des documents secrets. Adapté du roman de Pedro Lemebel, auteur chilien et activiste gay, Je tremble Ô matador de Rodrigo Sepulveda séduit par le jeu de ses acteurs et par sa photographie. Sortie le 15 juin 2022.

Insolite : des diabétiques dans « Alerte rouge » ?! (merci Pixar)

Un vendredi soir devant Alerte Rouge, quelle fut ma surprise quand je remarque que deux petites filles ont un capteur sur le bras — et oui, c’en était un. Ça n’a duré que quelques secondes, mais c’était déjà beaucoup !

Chaïma (@your.type.of.sweets) : de la haine à l’amour de soi

Nouvelle bulle en sucre, nouvelle rencontre ! Aujourd’hui, c’est Chaïma du compte Instagram @your.type.of.sweets qui a bien voulu se confier sur son parcours et son combat. Une personne adorable et pleine de vie : un véritable bonbon ! 🍬

Niquetacourbe, le compte Instagram qui s’amuse des difficultés quotidiennes de la vie des diabétiques

Ainsi est présenté le compte Instagram « Niquetacourbe », créé et tenu par « le collectif des déesses sucrées » (en référence au diabète, petit surnom affectueux pour une maladie pas très cool des fois), influenceuses sur Instagram diabétiques de type 1 : Cloé, du compte @1.12gl, Lilya, du compte @diabelifit, Elsa, du compte @that_woman_type, Sofya, du compte @chroniqueschroniques et Celia, du compte @accrochetacharrueauneetoile.

« En rémanence » de Lisa Sartorio – Galerie Binome

Rémanence, nom féminin. “Persistance d’un état après la disparition de sa cause.”
Photographe de métier, Lisa Sartorio décide d’arrêter la photographie pour travailler les photos d’archives. “Il y a déjà trop de photos qui nous viennent tous les jours, tout le temps, n’importe où et constamment”, le rappelle-t-elle souvent. Nous sommes une génération surexposée à la violence picturale, et à son système de surproduction et surconsommation. La photographie, en tant qu’art, s’en trouve mal menée par ceux qui l’exploitent et la maltraitent. L’exposition “En rémanence” est la poursuite du travail précédemment initié à “la surface et dans la peau de l’image.”